L'observation de Kenneth Arnold (1947)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'observation de Kenneth Arnold (1947)

Message par *Maya* le Lun 17 Aoû - 19:23

L'observation de Kenneth Arnold (1947)

ouvent présentée comme l'observation marquant le début de l'ère contemporaine des ovnis, le témoignage d'Arnold est celui qui, repris par la presse, va populariser le terme de "soucoupe volante".



Le 24 juin 1947, Arnold, un pilote privé de Boise, dans l'Idaho et faisant partie du « Search and Rescue Mercy Flyer », reporta avoir vu neuf objets volants inhabituels près du Mont Rainier alors qu'il cherchait un avion militaire manquant de la CallAir A-2. Il décrivit les objets comme « brillants », et leur vol comme « irrégulier » avec une « extraordinaire vitesse ». Son histoire fut largement diffusée par l'Associated Press, et il est habituellement reconnu comme le pionnier pour l'intérêt des OVNI modernes.

Biographie du témoin

Arnold naît le 29 mars 1915 à Sebeka (Minnessota). Il fait ses études à Minot (Dakota du Nord). Interessé par l'athlétisme, was all-state end en 1932-1933. Il fait du football américain sous Bernie Bierman, mais est interrompu par une blessure au genou. Il est Employé par Red Comet, Inc., qui fabrique des appareillages automatiques de lutte contre le feu, en 1938. En 1940 il établit sa propre société de fourniture de contrôle de feu connue sous le nom de Great Western Fire Control Supply. Il manipule, distribue, installe des équipements de lutte contre le feu dans 5 états. Utilise son avion dans son travail, atterrissant dans les pâturages et près de montagne. Il est marié et a 2 enfants.

Kenneth E. Arnold (1915-1984)

Publications

En 1948 Arnold publie son témoignage dans un article [1]. Cependant en 1949 (1950 ?) il refuse une offre de 50 000 $ de Doubleday pour publier ses souvenirs, l'éditeur obligeant à utiliser un "nègre" alors que Arnold souhaite raconter son aventure avec ses propres mots. Des offres pour des droits cinématographiques sont également déclinées, Arnold comprenant que les événements seraient "dramatisés" au lieu d'être retranscrits fidèlement sur la pellicule. Il finit toutefois par publier son témoignage dans des petits livres à compte d'auteur
Politique En 1962, Arnold est nominé pour être lieutenant gouverneur républicain de l'Idaho. Il est félicité par l'ancien président Eisenhower .

Arnold meurt en 1984, toujours captivé par le sujet des ovnis, et après avoir mené toute sa vie des enquêtes sur le terrain.

Le 24 juin, jour historique

Kenneth Arnold est un homme d'affaire. Il s'était lancé dans la lutte contre les incendies pour, dit-il, aider les hommes à se protéger du feu et gagner sa vie (marié et père de deux filles). De 1944 à 1949, date fatidique, il avait passé 4.000 heures dans à bord de son avion. Il eut souvent l'occasion de participer à des opérations de recherche en montagne. Par son habitude aux observations montagneuses, il devenait le témoin privilégié pour l'observation qui déclencha la première vague "officielle" des soucoupes volantes...


Dessin des objets observés par Arnold en 1947

C'est ainsi que, le 24 juin 1947, Kenneth Arnold partit à la recherche de l'épave d'un transport C-46 de la marine qui s'était perdu dans la montagne, à l'ouest-sud-ouest du Mont Rainier.

Le pilote devait se rendre à Yakima (Etat de Washington) pour des affaires et décida de faire un détour.

A 14h57, Arnold venait de décoller et volait dans un ciel pur. Ne voyant aucune trace de l'épave, il pensa à rentrer à Yakima et laisser tomber l'équivalent de 25.000 F.

Quand, soudain, une "lueur brillante" se refléta sur son avion. Craignant une collision, le pilote remarqua que le reflêt venait de sa gauche, c'est-à-dire au nord du Mont Rainier, où il apperçut "une file de neuf aéronefs d'aspect étrange qui volaient du nord au sud à une altitude approximative de 2.800 m et allaient, semblaient-ils, selon un cap bien arrêté d'environ 170° degrés.Très rapidement, ils approchèrent du Mont Rainier et Arnold apprit ainsi que le reflêt venait de l'un d'eux.

Trop loin au départ, il ne put déterminer leur forme; mais, aux abords du Mont Rainier, sur fond de neige, il eut un instant le privilège de les observer. Ne voyant pas de queue, il crut qu'il s'agissait d'avions à réaction. Cependant, il fut étonné car ce furent les premiers "avions" qu'il vit voler si près des cîmes, objets dont le cap était plein sud-sud-ouest, le long de la ligne de faîte d'une chaîne de montagnes. "Ils étaient à peu près à l'horizon par rapport à moi, ce qui indiquait qu'ils volaient approximativement à la même altitude que moi".

Les objets se déplaçaient en diagonale et en chapelet (un peu comme les vols d'oies sauvages) "comme s'ils étaient liés les uns aux autres".

Leur vitesse et leur cap semblaient constants, bien qu'ils fissent des "crochets d'un côté ou de l'autre des sommets des montagnes". La vitesse ne sembla pas impressionner notre homme, ce dernier se doutant que les forces aériennes avaient en leur possession des prototypes d'avions top-secrets très rapides .

Arnold pouvait les observer à volonté, la distance les séparant étant d'à peu près 30 km et volant perpendiculairement; cependant, leur manque de queue le tracassait. Leur taille fut estimée "grosse" pour qu'il puisse les observer à cette distance (par temps très clair comme ce 24 juin, on peut toutefois voir un avion à 80 km). Leur envergure d'après lui, était égale à la distance séparant les moteurs les plus éloignés des deux côtés du fuselage du DC-4, qu'il avait vu à une distance de 25 km.

Leur vitesse fut chronométrée à environ 1.900 km/h. La longueur de la file des "soucoupes volantes" est estimée à 8 km de long au moins.A 14h59, plus rien. En tout et pour tout, l'observation avait duré entre deux et trois minutes.


Extrait du témoignage écrit de Kenneth Arnold comportant le dessin d'une « soucoupe volante », remis à l'armée de l'air le 12 juillet 1947

L'après-observation

Persuadé d'avoir apperçu les essais d'un nouvel avion ou d'un missile, Kenneth en resta interdit. Rien d'autre n'aurait pu expliquer cette vitesse.

Vers 16h00, Kenneth Arnold arrivait à Yakima. Il interrogea quelques pilotes, sans succès. A Pendleton (Oregon,), par contre, un attroupement l'attendait pour en savoir plus sur les "avions sans queue". Il apprit ici qu'un ami de Yakima avait prévenu Pendleton que le pilote du Callair avait vu quelque chose d'étrange. Tout comme un pilote d'hélicoptère de Yakima, son auditoire ne tarda pas à penser qu'il s'agissait d'un tir de missile, venant sûrement de Moses Lake.

Et pourtant, Arnold,non satisfait, pensa à interroger le lendemain des aviateurs devant participer à un show le lendemain à Pendleton. Il passa ensuite à l'antenne locale du F.B.I., mais personne ne s'y trouva alors il décida de laisser un mot... auquel personne ne répondit jamais.

Le lendemain, 25 juin, il parla de son observation à d'anciens vétérans de la 2ème guerre mondiale. Il craignait le ridicule, mais ces pilotes avaient eux-mêmes été mis en garde dans les années 40-50 qi'ils pourraient rencontrer des foo-fighters.

Vers la fin de la matinée, un inconnu lui parla d'une observation d' "étranges missiles" au-dessus d'une ville proche de Ukiah. Kenneth décida alors de se rendre au seul journal du coin, l'Est Oregion. Son interlocuteur, Nolon Skiff, fut frappé par son sérieux et écouta son histoire jusqu'au bout. Pendant ce temps, un autre reporter, Bill Bequette, les rejoint et nota l'expression qu'utilisa Arnold pour décrire le mouvement des objets dans le ciel : semblable à celui d'un galet ou d'une soucoupe ricochant sur une surface d'eau calme.

Dès que le pilote fut parti, les deux journalistes s'empressèrent de rédiger une dépêche pour l'Associated Press et un (court) article pour l'édition du jour. Au retour de leur déjeuner, ils se rendirent compte qu'ils avaient mis la main sur quelque chose qui passionna petits et grands.

La dépêche mis véritablement le feu aux poudres, déclenchant la publication d'une masse d'observations.

Le terme "soucoupe volante" n'a pas été inventé par Bill Bequette mais pas un autre rédacteur, sûrement en quête de sensationnel. Cette expression a ensuite été utilisée pour décrire d'autres observations. "Disques volants" disparaîtra rapidement des journaux et des rapports alors secrêts de l'US Air Force dans les mois qui suivirent.

Kenneth Arnold n'a apparemment pas très apprécié l'armée qui argumenta que aucun de leurs objets ne correspondait à cela, à part les fusées V2 mais ces dernières vont trop vite pour être vues (5.200 km/h). La dépêche du 26 juin venait d'un porte-parole de l'Armée, dans laquelle un inspecteur de l'Administration Civile du Portland déclara qu'il "doutait plutôt que quoi que ce soit d'existant aurait pu voler aussi vite".


Extrait de The Coming of the Flying Saucer

(1952), co-écrit avec l'éditeur Raymond A. Palmer

La dépression économique avait atteint son point le plus fort lorsque je décidai de me lancer dans le commerce (...) dans la lutte contre l'incendie. J'ai continué à vendre des extincteurs car j'avais ainsi l'impression d'aider un peu l'humanité tout en gagnant ma vie pour entretenir ma femme, mes deux filles et pour payer les traites d'une maison, d'un avion (...). Depuis 1944, j'ai passé plus de 4.000 heures à voler au-dessus des montagnes. Je visite en avion des clients sur cinq Etats différents et je participe activement aux vols de recherche de l'Idaho Search and Rescue. Je suis shériff adjoint du Comté d'Ada, Idaho, dans le détachement aérien du shériff. Je fais aussi à l'occasion office de marshell adjoint des Etats-Unis et il m'arrive fréquemment de convoyer par air des prisonniers fédéraux jusqu'au pénitencier fédéral de McNeil Island.

Lettre datée du 12 juillet 1947 adressée au QG de l'Air Force à Wright Field, Ohio

(...) Le ciel et l'air étaient aussi clairs que du cristal. Il n'y avait pas deux ou trois minutes que j'avais pris mon cap quand une lueur brillante se refléta sur mon avion. Cela m'alarma, car je crus que j'étais trop près d'un autre appareil. Je cherchai partout dans le ciel et ne pus découvrir d'où venait le reflet que lorsque j'eus porté mon regard à gauche et au nord du Mont Rainier, où j'apperçus une file de neuf aéronefs d'aspect étrange qui volaient de nord au sud à une altitude approximative de 9.500 pieds (environ 2.800 m) et allaient, semblaient-ils, selon un cap bien arrêté d'environ 170 degrés.

Ils se rapprochaient très rapidement du Mont Rainier et je supposai tout bonnement que c'étaient des avions à réaction. En tout cas, je découvris que c'était d'eux que provenait le reflet (...). Ces objets étant très loin, je fus dans l'incapacité pendant quelques secondes de distinguer leur forme ou leur formation. En très peu de temps, ils furent aux abords du Mont Rainier, et, sur la neige, je pus observer leurs contours très nettement.

Je trouvai très bizarre de ne pas voir de queue, mais je supposais qu'il s'agissait d'avions à réaction (...). Ce jour-là le ciel était si clair qu'il était facile de voir des objets et de distinguer leurs dimensions approximatives à près de 80 kilomètres. (...) Comme je n'avais jamais vu d'avions voler si près des cîmes des montagnes, je regardais avec grand intérêt ces objets voler plein sud-sud-ouest, le long de la ligne de faîte d'une chaîne de montagnes. (...) ils étaient à peu près à l'horizon par rapport à moi, ce qui indiquait qu'ils volaient approximativement à la même altitude que moi.

Ils se déplaçaient ainsi que je l'ai souvent vu faire par des vols d'oies sauvages, en diagonale et en chapelet, comme s'ils étaient liés les uns aux autres. Ils semblaient garder un cap bien défini mais faisaient des crochets d'un côté ou de l'autre des sommets des montagnes. Sur le moment leur vitesse ne m'impressionna pas particulièrement, car je savais que notre armée de terre et nos forces aériennes ont des avions très rapides.

Ce qui ne cessait de me tracasser en revanche, en les voyant évoluer au solei, c'est que je ne leur distinguai pas de queue (...). Je les voyais très nettement, et pourtant ma distance par rapport à eux - leur ligne de vol était preque perpendiculaire à la mienne - devait être de 30 à 40 km. Je savais qu'ils devaient être très gros pour que je puisse distinguer leur forme à cette distance, même par un temps aussi clair que de ce mardi.

(...) Je crois bien que leur envergure était égale à la distance séparant les moteurs les plus éloignés des deux côtés du fuselage du DC-4 (vu juste auparavant par Kenneth Arnold, à une distance d'environ 25 km). (...) Je vis la file de ces objets dépasser une autre arrête élevée couverte de neige entre le Mont Rainier et le Mont Adams et remarquai qu'au moment où le premier dépassait la crête sud de cette arête, le dernier en abordais la crête nord.

Comme j'allai dans cette direction, je mesurai cette arête et constatai qu'elle avait environ 8 km de long, de sorte que je pouvais supposer que la file de ces soucoupes avait au moins une longueur de 8 km. (...)

Je dois ajouter qu'au total, mon observation de ces objets que je pus même suivre par instants lorsqu'ils dépassèrent le Mont Adams, dura entre deux minutes et demie et trois minutes environ (...).

La dépêche datant du 25 juin parue dans l'Est Oregonian

PENDLETON, Ore., le 25 juin (AP) - Neuf objets brillants en forme de soucoupe volant à "une vitesse incroyable" à 10.000 pieds d'altitude ont été signalés aujourd'hui même par Kenneth Arnold, de Boise, Idaho, un pilote qui avoua n'avoir aucune idée sur ce qu'ils sont réellement.

Arnold, un employé du Service des Forêts des Etats-Unis participait à la recherche d'un avion disparu lorsqu'il vit les mystérieux objets à trois heures de l'après-midi hier. Ils volaient entre le Mont Rainier et le Mont Adams, dans l'Etat de Washington, déclara-t-il, et semblaient alternativement quitter et réintégrer leur formation. Arnold dit qu'il les chronométra et qu'il estima leur vitesse à 1.200 miles à l'heure.

Des recherches effectuées la nuit dernière à Yakima n'ont rien donné, dit-il, mais, a-t-il ajouté, il a discuté aujourd'hui avec un homme d'Ukiah, au sud d'ici, qui lui raconta avoir vu des objets similaires au-dessus des montagnes de la région d'Ukiah.

"Ca a l'air impossible", a déclaré Arnold, "mais c'est ainsi".

Extrait d'une autre dépêche AP parue le 26 juin

... Un porte-parole de l'armée à Washington, D.C., a fait le commentaire suivant : "Pour autant que nous le sachions, rien ne peut voler à cette vitesse sauf une fusée V-2, qui se déplace à environ 3.500 miles à l'heure (5.200 km/h) - ce qui est bien trop rapide pour qu'on puisse les voir."

Le porte-parole a ajouté que les fusées V-2 ne ressemblaient pas de toute manière aux objets décrits par Arnold, et qu'aucun test expérimental à haute vitesse n'avait été réalisé dans la zone où Arnold a dit que se trouvaient les objets en question.

Un inspecteur de l'Administration de l'Aviation Civile de Portland, Oregon, a précisé, quant à lui, qu'il "doutait plutôt que quoi que ce soit d'existant aurait pu voler aussi vite."

Kenneth Arnold L'homme par qui les soucoupes volantes sont arrivées

Kenneth Arnold est né le 29 mars 1915 dans le Minnesota et suivit des cours à l'Université du Minnesota. Il commença à apprendre à piloter dans sa jeunesse. En 1940, il fonda la société Great Western Fire Control Supply, une compagnie de vente de matériel anti-incendie. Grâce à son brevet de pilote, il put étendre sa zone d'activité sur l'ensemble nord-ouest des Etats-Unis. Il devint aussi Marshall-adjoint, spécialisé dans le convoyage aérien de prisonniers. Au moment de sa rencontre avec les neufs objets volants non-identifiés au-dessus du Mt Rainier, le 24 juin 1947, Kenneth Arnold était donc un homme assez connu dans sa région doublé d'un pilote très expérimenté en matière de vol au-dessus des zones montagneuses.

Dès que son pays commença à se passionner pour son témoignage, Kenneth Arnold se retrouva submergé par d'innombrables appels d'autres personnes ayant vu de semblables apparitions. Il se retrouva ainsi de fait comme le premier enquêteur privé d'une ufologie qui n'existait même pas encore. C'est ainsi qu'il fut largement impliqué dans la sombre histoire de l'île Maury dès juillet 1947, canulard qui se termina par la mort accidentelle de deux enquêteurs de l'armée de l'air avec qui Arnold avait noué des liens plutôt amicaux.

Par la suite, très échaudé, Kenneth Arnold n'en continua pas moins à enquêter au cours des années qui suivirent auprès de témoins se trouvant dans le rayon d'action de son avion. C'est ainsi qu'il s'occupa d'une histoire de contacté antérieure à celle de George Adamski, celle de la supposée rencontre de Samuel Easton Thompson avec de beaux "Vénusiens" blonds le 28 mars 1950 à Centralia, Etat de Washington. Arnold supposa alors que le témoin avait eu une sorte d'expérience "psychique" et non un véritable contact avec des extra-terrestres.

En 1952, Kenneth Arnold publia un ouvrage devenu un classique co-écrit avec Ray Palmer : The Coming of the Flying Saucers. Dans la partie rédigée par lui, il y racontait en détail sa première rencontre avec les "soucoupes" et l'histoire de l'île Maury. Ce qu'on sait moins c'est que Kenneth Arnold avait repoussé en 1949 ou 1950 une offre de 50.000 $ de la part de l'éditeur Doubleday pour publier ses souvenirs, ceci que Doubleday avait exigé de faire appel à un "nègre" alors que Arnold désirait avant tout écrire son aventure avec ses propres mots. Des offres pour des droits cinématographiques furent déclinées également après que le pilote ait compris que les événements seraient "dramatisés" au lieu d'être retranscrits fidèlement sur la pellicule.

Par la suite, Kenneth Arnold s'éloigna petit à petit du milieu ufologique américain, persuadé en fin de compte après une autre observation en 1952 de deux OVNI dont l'un transparent "qui semblait vivant", que les OVNI étaient peut-être des sortes d'êtres venus de l'espace et se déplaçant dans notre atmosphère. En 1957, il se présenta sans succès au poste de lieutenant-gouverneur dans l'Idaho. Par la suite, l'homme qui avait fait découvrir involontairement les OVNI au monde disparut totalement de la scène ufologique, fuyant ainsi les journalistes comme la peste car les considérant comme totalement incompétents en matière d'OVNI. Sa seule réapparition eut lieu en 1977 au cours du First International UFO Congress à Chicago, organisé par le magazine Fate dont l'histoire d'Arnold avait fait la couverture du premier numéro en 1948.

Kenneth Arnold décéda le 16 janvier 1984 dans un hôpital de Bellevue, Etat de Washington, à l'âge de 69 ans.

Source : http://ovnis-ufo.org/2014/11/l-observation-de-kenneth-arnold-1947.html

_________________
 

*Maya*

Messages : 48
Date d'inscription : 30/07/2015
Age : 48
Localisation : Allemagne

Voir le profil de l'utilisateur http://www.alien-encounters.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'observation de Kenneth Arnold (1947)

Message par Jean-Marc Levesque le Dim 6 Sep - 18:26

Bonjour Maya !
On ne peux surement pas dire que c'est faux pour la raison qu'il fut le premier , il y a bien eu un commencement au phénomène et plusieurs observations
ont suivi sont témoignage jusqu'à nos jours .

Jean-Marc Levesque

Messages : 20
Date d'inscription : 30/08/2015
Age : 65
Localisation : Malartic Québec Canada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum