La vague du 5 novembre 1990

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La vague du 5 novembre 1990

Message par *Maya* le Lun 17 Aoû - 19:42

L'observation du 5 Novembre 1990

Le lundi 5 novembre 1990 à 19:00, des milliers de témoins dans toute la France 1 2 3 4 5 6 et d'autres pays d'Europe (Londres notamment) observent un immense ensemble de lumières traversant le ciel lentement, d'Ouest en Est, dans le plus grand silence. Comme dans la vague belge qui vient de se produire, certains témoignages font état de "triangles" volant à très basse altitude, changeant parfois de direction ou disparaissant derrière les collines. Egalement des signalements d'"engins" beaucoup plus grands, faisant plusieurs centaines de mètres de long.

Il est à 20:00 lorsque les services de sécurité du CNES sont submergés d'appels en provenance de nombreuses brigades de gendarmerie signalant l'étrange phénomène lumineux qui a traversé une grande partie de la France, 1 h auparavant.

Peu avant à 22:30, le SIRPA indique que des pilotes militaires ont effectivement aperçu quelque chose, sans pouvoir le définir que 4 rapports de gendarmerie émanant d'Angers (Maine-et-Loire), de Tulle (Corrèze) et de l'Aube lui sont déjà parvenus sur ces lumières inexpliquées.

L'affaire fait grand bruit 7 8 . Les services de contrôle des pistes des aéroports parisiens d'Orly et de Roissy, en région parisienne, indiquent avoir également vu un phénomène lumineux, bien que leurs radars n'aient rien détecté.

Enquête
Durant plus d'une semaine, le SEPRA reçoit de nombreux appels de témoins demandant des explications à propos d'un immense triangle lumineux qui a traversé le ciel.

Il trouve notamment parmi les témoins :

Jean-Pierre Haigneré, spationaute au CNES qui confirme l'étrangeté du phénomène
au centre de lancement de ballons d'Aire-sur-Adour, les techniciens qui retarderont un lancement pour observer le phénomène

Jean-Gabriel Greslé à Gretz-Armainvilliers (Seine-et-Marne), où ce soir-là avec plusieurs témoins ils voient une poutre de section triangulaire, balisée de lumières et de phares énormes, descendre à moins de 400 m du sol, se stabiliser en palier et changer 2 fois de direction, dans un silence impressionnant.
Pierre Neirinck, astronome amateur spécialiste de des satellites membre d'un réseau d'observation particulièrement efficace, qui identifiera l'étage de fusée responsable dès le 6 , donc avant le SEPRA (de l'aveu de ce dernier) 9 .

Le SEPRA est renforcé pour l'occasion, et la recherche d'informations commence auprès des autorités aériennes civiles et militaires, des services de météorologie et de la NASA pour une éventuelle rentrée atmosphérique.

La réponse de la NASA arrive le jeudi 8 novembre 1990 en indiquant, pour le lundi précédent, la rentrée du 3ème étage d'une fusée soviétique Proton, lancée le "mercredi 3 octobre" immatriculée 20295/1990 10 a . Les services d'orbitographie du CNES confirment la trajectoire de cette rentrée qui traversa la France du golfe de Gascogne à l'Alsace. Cette information est fournie aux agences de presse le vendredi 9 novembre 1990 11 .

Le surlendemain, l'observation nationale est évoquée à "7/7" sur TF1, où Alain Delon déclare ne pas croire à cette explication officielle. Le surlendemain, c'est l'émission Ciel Mon Mardi qui consacre un plateau débattant de cette explication et des ovnis en général.

Contestation
Outre certains l'avis de conspirationnistes qui voient dans cette observation la confirmation de leur thèse d'une invasion extraterrestre 12 , cette identification est contestée selon 2 axes différents :

Elle n'expliquerait pas ce qu'on vu les témoins, pour qui une rentrée atmosphérique ne peut expliquer ce qu'ils ont vu 13 . Ils considèrent (avec plus ou moins d'expérience des rentrées atmosphériques) que ce qu'ils ont vu ne ressemblait pas à une rentrée atmosphérique pour des raisons diverses (perception d'un corps sombre reliant les points lumineux, impression de comportement intelligent). Il convient toutefois d'expliquer comment les témoins auraient pu voir un autre phénomène ovni sans voir la rentrée atmosphérique qui avait lieu au même moment.

Elle n'expliquerait pas toutes les observations : De nombreux témoins observeront des phénomènes "analogues" durant le mois 14 . Bien que ce soit contesté par l'Armée de l'Air, certains affirmeront même que la Chasse aurait décollé ce soir-là pour vérifier ce qui avait bien pu se passer. L'équipage d'un Embraer-120 "Brasilia" en vol au-dessus du Massif Central aurait quant à lui observé un groupe de 10 à 12 lumières suivies de trainées brillantes croiser sa route alors que leur avion se trouvait en palier à 7600 m. Il convient en effet de ne pas "réduire" l'explication de tous les phénomènes non-identifiés observés ce soir-là à l'explication de la rentrée atmosphérique : des phénomènes non identifiés sont observés tous les jours, et il n'y a pas de raison qu'on n'en observe pas aussi avant, après, ou le jour-même de cette rentrée atmosphérique.

Source : http://rr0.org/science/crypto/ufo/enquete/dossier/5Novembre/

_________________
 
avatar
*Maya*

Messages : 48
Date d'inscription : 30/07/2015
Age : 49
Localisation : Allemagne

Voir le profil de l'utilisateur http://www.alien-encounters.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La vague du 5 novembre 1990

Message par Jean-Marc Levesque le Dim 6 Sep - 18:19

Bonjour Maya !
Entre les témoins et l'armée je vais croire plus un témoin . A croire l'armée les fusées tombent du ciel a tout les jours , de plus les observations sont souvent très proche , horizontale et très lent .
avatar
Jean-Marc Levesque

Messages : 20
Date d'inscription : 30/08/2015
Age : 66
Localisation : Malartic Québec Canada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum